Grand Raid 6666

Le Grand Raid 6666 2018, un grand cru à deux doigts de la crue.

Pour sa 9e édition, le Grand Raid 6666 est passé entre les gouttes, mais les coureurs se seront mouillés les pieds et le maillot dans l’atmosphère étouffante des sous bois et sur les sentiers ruisselants. Au total, ce sont plus de 1300 coureurs qui auront pris le départ d’une des 4 courses proposées.

Sur les 115 km et 7 000 m+ du grand parcours, 47% des participants (353 partants, hausse de 40%) n’auront pas franchi la ligne d’arrivée, 27% de plus qu’en 2017, résultat en grande partie dû à la chaleur associée à un taux d’humidité très élevé.

Partis rapidement en tête, Cédric Chavet et Renaud Rouanet, tous deux très à l’aise dans la rocaille des fortes pentes, font course commune jusqu’à remporter ensemble ce redoutable ultra en 15h49. Yoann Morisse, longtemps 3e, ne parviendra pas à contenir le retour foudroyant de Camille Minard qui s’empare de la 3e place en 16h42. Son départ prudent lui aura été favorable.  

Juliette Blanchet réalise une superbe performance en terminant 8e au scratch en 18h47, survolant la course féminine. Comme Renaud et Cédric, elle remporte au passage son voyage pour le Grand Raid de la Réunion 2018 ! Cécile Clet prend la seconde place en 21h07, devançant Daphné Derouch, déjà victorieuse en 2015, qui complète le podium féminin en 22h47.

Les organisateurs auront tout mis en œuvre pour maintenir dans son intégralité ce qu’ils considèrent comme l’un des plus beaux parcours d’ultra de l’hexagone, ce que n’auront pas démenti les participants après leur voyage au cœur du Caroux, finishers ou non.

Parole de coureur :

Lhoucine Akhdar

La Vallée de l’Orb a la chance de posséder un ultra trail exceptionnel, qui offre des paysages fantastiques aux coureurs. Le Grand Raid 6666, qui devient de plus en plus populaire, entraîne les coureurs depuis Roquebrun vers les crêtes sauvages du Caroux, en passant par les massifs forestiers et les magnifiques villages de la vallée de l’Orb.

Ce parcours total de 114 km et de 7000 m de dénivelé positif est concocté par un spécialiste de l’ultra qu'on ne présente plus : Antoine GUILLON. Il est balisé de façon à guider les coureurs dans un espace préservé et leur permet d'admirer les panoramas splendides de l’un des plus beaux parcs naturels de France « le parc naturel régional du Haut-Languedoc».

Organisé dans l’Hérault, à une demi-heure de Béziers, cet évènement est proposé en plusieurs parcours au choix : 11,5 km (520 D+), 27 km (1000 D+), 55 km (3 800 D+) ou le fameux 114 km (7 000 D+).

Le week-end dernier, le Grand Raid 6666 a rassemblé plus de mille coureurs, passionnés de l’ultra, qui étaient venus affronter les pentes raides du Caroux, tous réunis dans la même passion, LE TRAIL .

Le Grand Raid 6666 est un vrai ultra qui se déroule dans un très beau cadre, une montagne préservée et sauvage, des paysages grandioses, une faune merveilleuse avec mouflons, aigles... Une flore exceptionnelle avec orchidées, genêts, bruyères, plantes odorantes… Une organisation au top, menée de main de maître, des bénévoles toujours souriants, courageux et généreux, une ambiance extraordinaire... et bien d’autres éléments qui font de cette course une épreuve splendide, une expérience sportive mémorable.

Pour ma part, la course ne m’a pas réussi cette année, étant obligé d’arrêter au pc de Douch, 71,5 km, suite à des problèmes gastriques, mais je sens déjà le goût de « reviens-y ».

Le Caroux est difficile mais il est splendide, il sera toujours là pour nous accueillir !
Je ne mets pas de récit de ma course, mais je résume tout en un mot : MAGNIFIQUE !

C'était un super week-end riche en émotions, plein de belles rencontres comme je les aime.
MERCI à Antoine à Anne et à toute cette formidable équipe d’organisation. MERCI à Brahim pour son assistance et à tous les amis pour ces beaux moments partagés.

Lhoucine AKHDAR 
Accompagnateur en montagne
SÉJOURS STAGES TRAIL RUNNING 
Désert / Haut Atlas / Maroc

La Saute Mouflon qui réunissait 330 trailers au départ (hausse de 33%) pour ses 55 km et 3 300 m+, s’est révélée un trail particulièrement difficile. Ce véritable concentré de Caroux aux pentes raides et surtout très techniques n’a pas été épargné par les abondants ruisseaux envahissant les sentiers pierreux. Ajoutez à cela un soleil éclatant toute l’après midi et vous obtenez un cocktail redoutable. Pour preuve un taux d’abandon de 25% (contre 10% en 2017) malgré les mises en garde d’Antoine Guillon contre l’effet néfaste de la chaleur.    

Ce sont les jeunes qui se seront illustrés sur ce format, avec la victoire de Matthieu Simon en 6h47, devançant de quelques minutes David Robert (6h51). Grégory Kiéné, 10e à mi parcours, monte sur la 3e marche du podium après une remarquable remontée, pointant en 7h16 à Roquebrun

La roumaine Oana Mihalcea l’emporte chez les femmes en 8h21, devant Julie Nougaret, 8h43 et Claire Rimbault, 9h09.

Un beau succès pour la seconde édition du trail de la Factrice, avec 307 coureurs au départ (+100%). Avec ses 27 km et 1 100m+, le tracé emmenait les trailers dans les reliefs de Roquebrun, entre garrigue, forêts de chênes verts et vignobles, sur une alternance de sentiers tortueux et chemins plus larges, donnant la possibilité à chacun d’exprimer ses qualités de relance ou d’agilité. À ce jeu, le plus polyvalent aura été Simon Dugué, dans le temps ultra rapide de 2h14’41’’. Tristan Barbezier le suit à plus d’un quart d’heure (2h30’58’’) une poignée de seconde devant Florent Julié.

À noter la très belle performance de Jennifer Lemoine, 4e au scratch et 1ère femme en 2h31’20’’. Sa poursuivante directe est Marie Lamblin (2h43’), Cyndi Soprano complétant le podium en 2h51’.

La petite Roquebrune a encore une fois rencontré un franc succès ; trail découverte pour certains, occasion de réaliser une séance rapide pour d’autres, un format court pour visiter les sentiers héraultais aux senteurs d’été en attendant les arrivées des autres courses.

En préparation de la 10e édition, toute l’équipe organisatrice ainsi que les 250 bénévoles félicitent chaleureusement l’ensemble des participants et les remercient pour leur exemplarité en terme de respect de l’environnement.